Composition « tachiste » n°3, circa

Date
Technique(s)
Aquarelle sur papier
Dimensions

50 x 65 cm

Signé en bas à droite

« Jaouën »

Pierre Jaouën cotoie le groupe Surréaliste et les acteurs du Tachisme. Par ces influences, Jaouën rencontre notamment André Breton et Yves Elléouët. Avec ce dernier, il réalise dans les années 1950 des stèles et des fresques sur ciment et sur papier, issues d’une recherche symbolique sur l’espace et le temps. Ces œuvres sont exposées en 1959 à la Galerie de la
Cour d’Ingres à Paris. Elles s’inspirent des arts premiers notamment amérindiens. De cette référence émerge un monde de signes, de symboles et de représentations simplifiées d’animaux. Les couleurs sont brutes, terreuses, sans aucun mélange. Les fresques obtenues conservent l’ambiguïté entre figuration et abstraction, se rapprochant ainsi des recherches
Surréalistes.

 

Cette aquarelle saisit par sa dynamique. Les lignes claires horizontales supportent des tâches qui s’étirent depuis la partie gauche de l’ensemble. Elles sont complétées par de petites touches vives de couleurs pures qui renforcent l’animation. Cette composition évoque la nature, les feuilles – mais également le caractère éphémère de toute chose – balayées par les éléments.

L’apposition de tâches colorées renvoie au tachisme, de même que la rapidité apparente de l’exécution évoque la peinture automatique surréaliste, influences importantes pour Jaouën.

L’artiste s’émancipe toutefois de ces inspirations pour créer son propre langage poétique et élégant.

 

Pierre Jaouën was close to the Surrealist group and Tachist artists. Through these influences, Jaouën met André Breton and Yves Elléouët. With the latter, in the 1950s he produced stelae and frescoes on cement and paper, resulting from symbolic research into space and time. These works were exhibited in 1959 at the Galerie de la Cour d’Ingres in Paris. From this reference, emerged a world of signs, symbols and simplified animals representations. The colours are raw, primitive, unmixed. The frescoes maintain the ambiguity between figuration and abstraction, thus approaching Surrealist research.

 

This watercolour fascinates by its dynamics. The clear horizontal lines support stains stretching out from the left side of the work, complemented by small bright pops of pure colour that add to the animation. This composition evokes nature, the leaves – but also the ephemeral character of everything – swept away by the elements.

The application of coloured spots refers to tachism, just as the apparent speed of execution evokes Surrealist’s automatic painting, both Jaouën’s important influences.

However, the artist breaks away from these inspirations to create his own poetic language.