Suzanne Castille

Née à Vichy, Suzanne Castille est l’élève de Jean Dunand, qui lui apprend à travailler le laque et avec qui elle travaille notamment à la préparation de l’exposition coloniale internationale de Paris en 1931. Travaillant depuis son atelier de Saint-Cloud, Suzanne Castille est active des années 1920 au début des années 1940 et expose régulièrement au Salon de Paris et au Salon des Indépendants (1934, 1937, 1939, 1941).

 

Au cours des années 1920 et 1930, se développe en Europe un intérêt artistique particulier pour l’Afrique noire et l’extrême Orient. Cet art orientaliste naît souvent à la faveur de séjour coloniaux de peintres et de sculpteurs, dont beaucoup étaient des femmes (épouses de commissaires, femmes aventurières dans les pays du Maghreb et d’Indochine…), mais aussi à l’issue de missions d’explorations, à visée politique, culturelle et scientifique, comme la Croisière noire (1924-1925). Les images rapportées de ces voyages marquent fortement les artistes de l’époque.

 

En l’occurrence, il semble bien que Suzanne Castille se soit inspirée de photos rapportées par le peintre russe Alexandre Iacovlev (1887-1938) de cette expédition. Dès 1926, elle traite du même sujet, une femme du peuple Mangbetu, véritable chef d’œuvre du musée des Années 30 de Boulogne-Billancourt.

Le peuple Mangbetu, dans le Congo belge de l’époque, était alors connu pour sa pratique de la déformation du crâne (la tête des nouveaux nés est enveloppée dans des cordelettes pendant un an pour lui donner une forme plus allongée, signe de beauté et d’intelligence). Il attachait par ailleurs une importance sociale à la coiffure. Les extraordinaires coiffes des femmes (tresses collées au crâne, adjointes à du crin de girafe ou des poils d’éléphant, le tout dressé sur une armature rigide en bois, fixée par de nombreuses épingles) inspireront ainsi, au-delà de Suzanne Castille et de plusieurs artistes de l’époque, de nombreux objets d’art et de la vie courante (bouchons de radiateur de voiture, presse-papiers, presse-livres, paquets de cigarettes…).