"PORTRAIT D'ISABELLE, EPOUSE DU RÉGENT DE LORRAINE EN 1220"

Cliquez pour avoir un aperçu de l'oeuvre.
Click to see a larger version.

Joseph Désiré COURT (Attribué à) (1797-1865)
\\ "PORTRAIT D'ISABELLE, EPOUSE DU RÉGENT DE LORRAINE EN 1220"
Huile sur toile.
Dimensions : 72 x 58 cm.

Descendant par sa mère du portraitiste Hyacinthe Rigaud, Court manifesta de bonne heure une vocation pour la peinture. Entré d’abord à l’École municipale de dessin de Descamps où, ses premiers pas furent guidés par Descamps fils, conservateur du musée de Rouen et Carpentier, professeur, il se fit remarquer par de rapides progrès. Il passa ensuite dans l’atelier de Gros.
Le 6 octobre 1821, il obtient le grand prix de Rome de peinture avec, comme sujet de concours, Samson livré aux Philistins par Dalila.
C’est de Rome qu’il envoya successivement aux expositions parisiennes : Une Scène du Déluge, Hyppolite renversé de son Char, un Faune au bain attirant à lui une jeune fille, et enfin, en 1827, la Mort de César. La Scène du Déluge, que possède le musée de Lyon, résumait bien l’enseignement de Gros et montrait le côté robuste du talent de Court. Au-dessus de cet ouvrage vint se placer la composition dramatique de la Mort de César, acquise par le Musée du Luxembourg et qui reste son œuvre capital. Il exécuta les peintures du premier salon de l’Hôtel de Ville de Paris, avec les dix-huit panneaux qui en dépendent, composition exécutée en 1841 sur la demande du préfet de la Seine Rambuteau.
Court avait un talent tout particulier pour le portrait. Avec la vogue qui s’attachait à ces œuvres, les commandes affluaient dans l’atelier du peintre. On a surtout remarqué, parmi les personnages officiels, ceux du roi Louis-Philippe, de sa sœur Mme Adélaïde, du Roi et de la Reine de Danemark, du pape Pie IX, du cardinal prince de Croÿ, de Mgr Sibour, du maréchal Soult, du maréchal Pélissier. Le portrait de son premier professeur, Jean-Baptiste-Marc-Antoine Descamps est conservé au musée de Rouen.
Il pris une part très importante dans les tableaux destinés au musée de Versailles.
En 1853, il fut nommé conservateur du Musée de Rouen, poste où il finit sa vie. Il avait obtenu une médaille de 1ère classe en 1831 et était chevalier de la Légion d’Honneur depuis 1838.



< œuvre précédente œuvre suivante >